10 astuces pour bien choisir ses mots-clés

Tendance – 6 août 2018
bg_motsclés-1400x1000v2

Bien choisir ses mots-clés est un exercice particulièrement essentiel dans votre stratégie de référencement. Mais c’est souvent à cette étape que se posent les premiers problèmes… Comment savoir quels mots-clés cibler ?

1/ Établissez une première liste de mots-clés


Avant toute chose, vous devriez commencer par un grand brainstorming, avec vos collègues, vos supérieurs, vos amis… bref, avec toute personne capable de vous apporter de nouvelles idées et de vous donner son avis ! Vous pourrez ainsi établir une première liste de mots-clés en vrac, sans aucune hiérarchie ni aucune mise en forme.

Cette liste, brute de décoffrage, sera composée de mots-clés que vous aurez soigneusement tirés de nombreuses sources telles que :

Votre expertise métier

Les catégories de votre site

Le nom de vos produits

Les marques que vous distribuez

Vous pourrez compléter cette liste de mots-clés au fur et à mesure grâce aux astuces suivantes !

2/ Consultez vos clients


Vous l’ignorez peut-être, mais il se peut que vos clients ne parlent pas du tout de votre produit ou de votre service de la même façon que vous. Peut-être employez-vous un langage trop technique ? Ou peut-être utilisez-vous des mots-clés trop précis ?

Pour le savoir, n’hésitez pas à consulter directement vos clients. Lorsque vous les rencontrez ou que vous discutez avec eux, demandez-leur les termes qu’ils emploient habituellement pour parler de vos produits et services. Vous pourriez être surpris des résultats !

3/ Étudiez la concurrence


Il est inutile de réinventer l’eau chaude : si vous avez déjà des concurrents bien établis sur votre secteur d’activité, n’hésitez pas à aller piocher des idées de mots-clés chez eux. Rassurez-vous, ça n’est ni interdit, ni illégal : un mot-clé appartient à tout le monde ! Alors faites-vous plaisir, allez espionner vos plus gros concurrents pour voir les mots-clés qu’ils ciblent (ou qu’ils ne ciblent pas !).

Comment faire ? Eh bien il existe deux méthodes. La première tend à devenir obsolète : il vous suffit d’aller décortiquer le site web de vos concurrents en allant jeter un oeil à son code source. Repérez alors la balise “keyword” si elle existe, et regardez les mots-clés qui y sont associés. Ce sont les mots-clés sur lesquels votre concurrent essaie de positionner cette page.

La seconde méthode est plus simple. Il vous suffit d’utiliser un petit logiciel tel que Yooda Insight, qui vous donnera la liste complète des mots-clés sur lesquels se positionne votre concurrent. Vous n’avez plus qu’à faire votre choix !

4/ Utilisez des outils de suggestion


Votre liste commence à grossir de plus en plus… Choisir ses mots-clés ne va pas être une mince affaire, n’est-ce pas ? Mais avant d’effectuer un tri dans cette fameuse liste, il reste tout de même une étape importante. Si vous n’êtes toujours pas sûr de la qualité de vos mots-clés ou que vous n’en avez pas suffisamment dans votre liste, je vous conseille de faire appel à un outil de suggestion de mots-clés.

Même si de nombreux référenceurs préconisent l’outil de plannification des mots-clés intégré à l’interface Google Ads, il faut savoir qu’aujourd’hui, cet outil est devenu payant. En effet, si vous n’avez encore jamais fait de publicité pour votre site web via Google Ads, alors cet outil ne vous est tout simplement pas accessible.

Mais rassurez-vous, je connais un très bon outil qui est tout aussi efficace (et gratuit !). Son nom : Ubersuggest. Concrètement, ce petit logiciel utilise les données de Google Ads auxquels vous n’avez pas accès, et établit un classement de mots-clés en rapport avec le terme que vous recherchez. Il vous fournit également des données très intéressantes sur le volume de recherches mensuelles effectuées pour chacun de ces mots-clés, ainsi qu’un indice sur la concurrence qui vous attend.

Par exemple, si je recherche des mots-clés en rapport avec le terme “équipement de plongée”, le site me fournit une très longue liste de mots-clés, parmi lesquels je peux retrouver :

Combinaison de plongée : 2 900 recherches mensuelles, une concurrence très forte

Magasin plongée : 1000 recherches mensuelles, une concurrence assez faible

Vente privée plongée : 40 recherches mensuelles, une concurrence moyenne

À vous de choisir les mots-clés les plus pertinents, en fonction de votre secteur d’activité et des produits ou services que vous proposez. Mais aussi en fonction de l’indice de concurrence que vous renvoie cet outil. En effet, il sera plus simple de se positionner rapidement sur un mot-clé à concurrence faible (indice de concurrence inférieur à 0,2) que sur un mot-clé très prisé (indice de concurrence supérieur à 0,8).

5/ Classez votre liste de mots-clés


Si vous avez respecté toutes les étapes précédentes, vous devriez avoir maintenant une liste de mots-clés particulièrement longue. Il va donc falloir effectuer une sélection parmi cette liste afin de définir vos mots-clés principaux et secondaires. Pour rappel, vous devriez vous orienter davantage vers des mots-clés avec une faible concurrence si vous souhaitez voir vos premiers résultats assez rapidement.

Quel type de mots-clés va-t-on devoir exclure de notre liste initiale ?

Les mots-clés trop larges : vous vendez des chaussures et vous aimeriez vous positionner sur le mot-clé “chaussure” ? Mais qui espérez-vous toucher exactement avec ce terme de recherche ? Ratisser trop large vous amènera, certes, de nombreux visiteurs, mais leurs intentions d’achat seront très faibles. Les internautes qui effectuent des requêtes aussi vastes sont souvent en quête d’informations, ils ne sont pas dans un processus d’achat…

Les mots-clés trop précis : inversement, cibler des mots-clés trop précis risque de vous coûter tous vos visiteurs. À quoi bon se positionner sur un mot-clé qui n’a pas une seule recherche au compteur mensuellement ? Vous aurez seulement la satisfaction d’être bien positionné sur un mot-clé que personne ne tape…

Les mots-clés trop concurrentiels : comme nous en parlions un peu plus haut, cibler des mots-clés très concurrentiels est un pari risqué. Au mieux, vous atteindrez le bas de la première page de Google avec pas mal d’efforts et de patience. Au pire, votre page restera coincée entre la 4ème et la 5ème page, à la recherche d’une âme égarée…

Lorsque votre site aura commencé à remonter sur vos mots-clés les moins concurrentiels, peut-être pourrez-vous progressivement réintégrer certains de vos mots-clés concurrentiels à votre stratégie de référencement naturel.

6/ Privilégiez la longue traîne


Pour vous expliquer en quoi consiste les mots-clés longue traîne, voyons d’abord à quoi correspondent les mots-clés concurrentiels et les mots-clés secondaires.

Mot-clé concurrentiel : il s’agit des mots-clés les plus importants en termes de volume de recherche, et surtout les plus difficiles d’accès au début. Le plus souvent, ils sont composés de 2 mots et sont assez génériques.

Exemple : casque moto, blouson moto

Mot-clé secondaire : il s’agit des mots-clés ayant un volume de recherche convenable et un indice de concurrence moyen. Le plus souvent, ils sont composés de 3 mots et vous pourrez les ciblez légèrement plus facilement, même si la lutte sera rude pour truster les premières positions sur ces mots-clés.

Exemple : casque moto intégral, blouson moto femme

Mot-clé longue traîne : il s’agit des mots-clés ayant un volume de recherche assez faible et un indice de concurrence plutôt bas. Ils sont relativement spécifiques, c’est pourquoi ils seront plus faciles d’accès que les précédents. Le plus souvent, ils sont composés de 4 mots ou plus et incluent davantage d’informations sur le produit (marque, couleur, taille, caractéristique spécifique)…

Exemple : casque moto intégral X-Lite, blouson moto femme pas cher

Sachez que les mots-clés longue traine représentent en moyenne 80% du trafic d’un site web. D’autant que les internautes qui utilisent ce type de requêtes sont souvent bien renseignés sur ce qu’ils recherchent, l’intention d’achat se manifeste plus facilement dans ces conditions. Ainsi, la longue traîne possède un taux de conversion bien plus impressionnant que les mots-clés concurrentiels ou secondaires en règle générale.

7/ Optimisez un seul mot-clé par page


Il existe une règle fondamentale en référencement naturel : une page ne peut se positionner que sur un seul mot-clé cible. En d’autres termes, vous ne devez choisir qu’un seul mot-clé à optimiser par page ! Si vous souhaitez vous positionner sur davantage de termes de recherches, il vous faudra créer autant de pages et de contenus que de mots-clés à cibler.

Évitez également d’optimiser deux pages différentes sur la même expression, auquel cas chacune d’entre elle tentera de “cannibaliser” l’autre. En plus d’être en concurrence avec d’autres sites, ces deux pages se feront également concurrence l’une à l’autre… Au final, les moteurs de recherche pourraient choisir la mauvaise lors de leur indexation. Pire encore : il se pourrait qu’aucune de ces deux pages ne parvienne à se positionner correctement à cause de la concurrence de l’autre !

8/ N’abusez pas de vos mots-clés


Il faut savoir que Google a horreur des petits malins qui tentent de manipuler son algorithme… Alors si vous voulez un bon conseil : n’essayez pas de bourrer votre mot-clé partout où vous le pouvez dans votre page. Sur-optimiser son contenu est la meilleure solution pour vous attirer les foudres des moteurs de recherche !

À la place, soyez raisonnable et placez votre mot-clé à des endroits stratégiques. Oh, vous ne savez pas lesquels ? Pas de panique, je vous livre mes petits secrets… Il existe 3 endroits indispensables où votre mot-clé principal doit forcément se retrouver si vous voulez faire remonter votre site :

Dans la balise Title de la page (qui doit être unique pour chaque page)

Dans la balise H1 de la page (qui doit être unique pour chaque page)

Dans les 100 premiers mots de votre texte

Si vous suivez correctement ces instructions, c’est ¼ du travail qui est déjà fait !

9/ Soyez patient et réaliste


Souvenez-vous, Rome ne s’est pas construite en un jour. Le référencement naturel est un voyage long et tortueux. En effet, le chemin vers le 1ère place sur Google ne sera pas simple. Mais voyez vos interventions comme de petites graines plantées dans un grand jardin : un beau jour, à force de vous en occuper, vous verrez les bourgeons éclore et les fleurs apparaître. Vous pourrez alors récolter les fruits de votre dur labeur.

Ne désespérez pas ! Le référencement naturel peut prendre plusieurs mois, voire plusieurs années si votre site est encore jeune. Mais cela ne signifie pas que vous ne parviendrez jamais dans les premières positions sur les moteurs de recherche pour autant.

En attendant, pour choisir ses mots-clés efficacement, il est conseillé de miser sur la longue traîne, au moins au début. Vous verrez, à force de faire remonter des pages sur des mots-clés longue traîne, ce sont vos mots-clés secondaires qui commenceront à percer. Puis, bien plus tard, une fois que votre site aura acquis suffisamment d’autorité aux yeux de Google, ce sont vos mots-clés principaux qui finiront par atteindre des sommets.

10/ Servez-vous du référencement payant


Vous avez commencé à vous pencher sur la question du référencement naturel, mais vous avez découvert que cela prenait beaucoup de temps et d’efforts. Mais qu’en est-il du référencement payant ?

Si vous ne les utilisez pas déjà, sachez que les régies publicitaires telles que Google Ads ou Bing Ads sont une source de trafic d’une qualité exceptionnelle. En effet, vous pouvez sélectionner les mots-clés sur lesquels vous souhaitez que l’on vous trouve, mais aussi ceux sur lesquels vous souhaitez que l’on ne vous trouve surtout pas ! Vous attirez donc des visiteurs qui vous cherchent vraiment.

C’est aussi l’occasion de vérifier l’efficacité des mots-clés que vous avez choisis. En effet, il existe, sur ces deux plateformes, un outil permettant de connaître les termes exacts qu’ont tapé les internautes pour trouver votre site. Si vous avez un doute au moment de choisir vos mots-clés, vous pourrez donc tester ceux qui vous posent problème, et sélectionner celui qui performe le mieux en référencement payant. Vous pourrez ainsi adapter votre stratégie de référencement naturel en fonction des résultats.

Enfin, si le référencement naturel vous limite à 1 mot-clé par page, ça n’est absolument pas le cas du référencement payant. Pour une page donnée, vous pouvez choisir autant de mots-clés qu’il vous plaira !

Si vous ne savez pas comment faire, l’agence Zetruc peut se charger de vos campagnes publicitaires Google Ads (et Bing Ads). Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter au 03 25 40 57 97 ou à venir nous rencontrer directement à l’agence de Troyes ou de Reims. Ensemble, nous pourrons qualifier votre projet et établir une stratégie de référencement 100% à votre image !

Pauline Demange
Diplômée d'un Master Gestion Multilingue de l'Information, Pauline a choisi de se spécialiser dans le référencement web. Pour elle, les moteurs de recherche et leurs régies publicitaires n'ont aucun secret ! Son rôle : s'assurer que votre site web apparaisse sur la 1ère page de Google. Mais attention, elle ne raisonne qu'en chiffres et en mots-clés. Son TRUC en plus ? Les jeux vidéos. Ses conflits, elle les règle sur Tekken. Voir tous nos contributeurs

D'autres articles

Essentielle à votre communication : ZeNewsletter

Inscrivez vous pour garder une longueur d'avance sur les dernières tendances et inspirations !